6 255 jours

Trois minutes cinquante-sept secondes, c’était mon objectif de rêve pour le 400 mètres libre quand je faisais de la compétition. Le 15 septembre 2016, Maksym Krypak, un Ukrainien, a non seulement réussi cet exploit avec un temps de 3:57.71 mais il a aussi battu mon « véritable » record du monde. Du coup, plein de souvenirs ont resurgi, mes 17 dernières années sont remontées à la surface.

Premier record du monde
Je me suis revu aux championnats nationaux seniors. J’avais 19 ans et c’était la dernière compétition de la saison 1998-1999 et ma première finale à vie au niveau senior. Ce jour-là, le 1er août 1999, j’ai établi un record du monde en affichant un chrono de 4:03.29 au 400 mètres libre catégorie S10. J’étais très fier de moi. Établir un record du monde est très significatif pour un athlète. Et à un an de la sélection en vue des Jeux olympiques et des Jeux paralympiques de Sydney 2000, je finissais en beauté, j’avais un enthousiasme extraordinaire.

Négligence ou indifférence
Mais voilà : en 1999, Swimming Natation Canada (SNC) n’a jamais homologué ce record du monde. Les résultats (page 3) sur le site Web de SNC indiquent encore aujourd’hui qu’il s’agit d’un record national canadien. SNC n’a jamais corrigé cette erreur, malgré les demandes qui lui ont été faites. Deux ans plus tard, le 7 août 2001, toujours au 400 mètres libre, j’établissais un chrono de 4:04.20 et, cette fois-là, SNC l’a homologué comme record du monde, niant de ce fait mon exploit réalisé deux ans plus tôt. C’était clair que quelqu’un, quelque part, n’avait pas fait son travail et ça montrait aussi l’intérêt et l’importance qu’on accordait aux athlètes paralympiques à cette époque.

À ce moment-là, ma visibilité et ma capacité à faire la promotion de mes résultats étaient beaucoup moindres. J’étais jeune et je n’avais pas encore tout à fait accepté mon handicap léger – je suis né avec les pieds bots – qui me permettait d’accéder aussi aux compétitions paralympiques. J’ai fini par laisser tomber, convaincu que j’allais briser cette marque et répéter cet exploit. Je suis souvent passé près, mais je n’ai jamais nagé sous ce temps-là. Aujourd’hui, je suis content de voir que les athlètes paralympiques ont pris leur place, sont reconnus et qu’une erreur comme celle-là ne risque plus de se reproduire.

Le 15 septembre 2016, pour tout le monde sauf pour moi, le record du monde qui a été battu est celui d’Ian Silverman avec un temps de 4:03.57, réalisé le 7 août 2014, qui avait, ce jour-là, retranché « mon record du monde homologué par SNC » que je détenais depuis 2001.

Ma contribution paralympique
J’ai toujours aimé le 400 mètres libre. Encore aujourd’hui, je crois que c’est la plus belle épreuve en natation. Cela demande de travailler en sprint et en endurance, deux grandes caractéristiques très difficiles à marier. Je travaillais fort, j’en rêvais de ce 400 mètres là. Je suis fier et je me dis que mon « véritable » record du monde aura tenu pendant 6255 jours, soit 17 ans, 1 mois et 14 jours. Même l'époque du scandale du maillot en polyuréthanne qui favorisait la flottaison, de 2008 à 2010, n’aura pas réussi à le déloger et, tant sur le plan mondial que national, mon record aura survécu!

Les médailles, c’est sûr que c’est bien, mais quand on se demande quelle marque en tant qu’athlète on va laisser, c’est là qu’un record mondial prend tout son sens. Dans tous les sports, année après année, les temps s’améliorent. Les athlètes travaillent très fort, souvent pendant des années, pour arriver à retrancher, parfois même, quelques millièmes de seconde. Des poussières, c’est vrai, mais des poussières pour lesquelles on a envie de donner tout ce qu’on a et de recommencer le lendemain. 6255 jours, je vois ça comme une étoile dans mon parcours de vie.

Nouvelles récentes

  • « Con-gra-tu-la-tions ! »

    Mercredi, Mai 10, 2017 - 18:38
  • Permettez-moi de remercier le Regroupement loisirs et sports du Saguenay – Lac-Saint-Jean de m’avoir choisi comme président d’honneur à l’occasion de la 47e édition du Mérite sportif rég

    Vendredi, Novembre 11, 2016 - 09:22
  • Trois minutes cinquante-sept secondes, c’était mon objectif de rêve pour le 400 mètres libre quand je faisais de la compétition.

    Mardi, Septembre 20, 2016 - 09:45

Tweets récents

😢 👉Le cavalier canadien Éric Lamaze atteint d'une tumeur au cerveau https://t.co/B5cEw9w9gw https://t.co/pqtZl1bxU3
Il y a 4 jours 4 heures
RT : En date d’aujourd’hui, le est rendu à une soixantaine de candidatures confirmées sur 78 au Québec. 30% de c… https://t.co/u2IStYtkGE
Il y a 2 semaines 19 heures
RT : Un leader rassembleur, travaillant & inspirant, Merci aux 800 militants présents aujourd’hui à… https://t.co/7r5uztWDqQ
Il y a 4 semaines 7 heures
Stephanie Dixon, chef de mission du Canada aux Jeux paralympiques de Tokyo https://t.co/Srz3bLF4HQ
Il y a 1 mois 1 semaine